POTIRON

Chronique de Novembre 2015
 
LE POTIRON ou Courge Musquée
Cucurbita moschata - Nan Gua
 
En préambule, je précise que les éléments qui vont suivre sont des conseils  généraux d’hygiène de vie destinés aux personnes en bonne santé qui souhaitent avoir une action d’entretien et de prévention. Ces conseils ne peuvent être suffisants pour toute personne souffrant de pathologies.
 
Un peu d’histoire, cela correspond au potiron tropical, appelé également courge musquée ou potiron chinois… sa forme, chair, goût sont proches de notre potiron (cucurbita maxima). Les indications thérapeutiques sont à peu près identiques.
 
Cuisinés comme des légumes, ce sont quand même des fruits.
 
Les premières cultures remontent à plus de 12000 ans. La citrouille (curcubita pepo) était consommée par les Mexicains il y a 7000 ans. La courge musquée chinoise (cucurbita moschata) vient d’Amérique centrale. Le potiron (cucurbita maxima) vient d’Amérique du Sud.
 
Ce sont les conquistadors européens au 16ème siècle qui introduiront leurs cultures en Europe et au cours du 19ème siècle, on assiste à la naissance de nouvelles variétés souvent locales.
 
 
En Médecine Chinoise
 
 Sa saveur est douce. Sa nature est tiède. Les méridiens-organes destinataires sont Rate et Estomac. 
 
Son action principale : tonifie le foyer moyen, favorise la production de Qi, élimine les états de chaleur, expectorant, neutralise les toxiques et tue les parasites. Il serait aussi hypotenseur, diurétique, hypoglycémiant et aurait une bonne capacité de détoxication (mercure et plomb).
                                                      
                                           Et en Occident ?
 
Sur le plan nutritionnel, le potiron-courge, détient plusieurs atouts… il est riche en eau (92%) mais pauvres en protides, lipides et glucides. Ceci fait de lui un aliment hypocalorique. Par contre, il détient une bonne quantité de vitamines B1, B2, B3, B5, C et D (traces), E. Il a une haute teneur en carotènes (provitamine A) qui sont de puissants antioxydants, préviennent le vieillissement cellulaire. Il présente aussi un très large éventail de minéraux et d’oligoéléments : potassium, phosphore, calcium, magnésium, fer, cuivre…. Et il apporte une quantité importante de fibres végétales, ballast indispensable pour un bon transit…
 
 
                                               Comment le consommer ?                  

Les modes de préparation de ces cucurbitacées sont multiples et variés. On peut les consommer cuites, bouillies ou à la vapeur, à l’étuvée, en purée, en soupe, en potage.
Cependant, il y a une règle : on ne doit jamais le consommer cru !
Il convient de les choisir sans taches, ni entailles. Les petits potirons sont souvent sans saveur, alors que les vieux sont ligneux et donc moins faciles à cuisiner et à manger.
On doit les cuire avec très peu d’eau et sur un temps court. Petite astuce, plus votre capacité digestive est faible, plus vous avez intérêt à cuire le potiron longtemps…
 
 
TERRE ET CIEL VOUS
DONNE RENDEZ-VOUS EN JANVIER  
POUR LA DECOUVERTE D’UN AUTRE ALIMENT !