HARICOT AZUKI

                                                                      

   




 
 
Chronique de Décembre 2016
Le Haricot Azuki – Adzuki
 
Chi Xiao Dou
 

En préambule, je précise que les éléments qui vont suivre sont des conseils généraux d’hygiène de vie destinés aux personnes en bonne santé qui souhaitent avoir une action d’entretien et de prévention. Ces conseils ne peuvent être suffisants pour toute personne souffrant de pathologies.
 
Un peu d’histoire, Le haricot AZUKI ou haricot rouge du Japon (Vigna angularis), parfois appelé soja rouge, est une espèce de plante annuelle grimpante de la famille des Fabaceae. Elle est largement cultivée en Asie orientale pour ses graines comestibles. Il en existe différentes variétés de couleurs diverses vertes, jaunes, grises.
Originaire de l'Himalaya et domestiqué en Asie avant l'an 1000 av. J. C., c'est l'une des espèces de haricots rouges les plus appréciées et les plus consommées, tant en cuisine qu'en pâtisserie asiatique. Il a été importé par la suite au Japon, il y est actuellement la légumineuse la plus populaire après le soja. La plus ancienne trace écrite de ce haricot au Japon, est au 8ème siècle, après l'arrivée de l'écriture et de l’imprimerie chinoise. Il existe une soixante de variétés de haricots Azuki. C’est vers le 13ème siècle que l’on commença à fabriquer une pâte rougeâtre et sucrée à base d’azuki.
 
 
En Médecine Chinoise
 
 
Sa saveur est douce et acide. Sa nature est neutre. Les méridiens-organes destinataires sont Rate, Cœur, Gros intestin et Intestin grêle. 
 
Son action principale est de renforcer la rate, d’éliminer l’humidité, de traiter l’ictère, de dissiper la tuméfaction, évacuer le pus, utile aussi pour les œdèmes dus à un trouble rénal, ceux du bas du corps.

   
                  Et en Occident ?      
 
 
L’Azuki est une légumineuse qui contient les vitamines B1, B2, B3 entre autres, des carotènes, antioxydants qui donnent sa couleur rouge. elle est également riche en potassium, calcium, phosphore, fer et très riche en protéines (20%), possède peu de lipides et une bonne quantité de glucides.
 
Comment consommer cette légumineuse ?
 
 
Ce haricot peut être consommé bouilli, en gruau, en farine, en flocons ou en décoction, sous formes de graines germées. Pour avoir une action thérapeutique nette, il faut en consommer minimum de 10 à 30 g quotidiennement. Elle ne nécessite pas de trempage préalable bien que ce dernier raccourcisse le temps de cuisson qui est assez long : 1 à 1h30 en moyenne.
 
Il est traditionnellement associé à du riz. On peut fabriquer une sorte d’houmous… après cuisson on le réduit en purée, on l’assaisonne avec de l’échalote finement hachée et les aromates que l’on souhaite (cumin, curry…), avant de servir un filet d’huile d’olive et saupoudrez de fines herbes.
 
Au Japon, il est soufflé comme du pop-corn. Il sert aussi dans ce pays à fabriquer une pâte sucrée qui sert de friandise ou de dessert. 
 
Découvrez cet aliment qui nous change des lentilles, pois cassés ou autre légumineuse…
 
     
 
 
 
TERRE ET CIEL VOUS DONNE RENDEZ-VOUS EN JANVIER POUR DECOUVRIR CE QUE NOUS RESERVE LA NOUVELLE ANNEE CHINOISE !
 
 
(sources : Livre : Ces aliments qui nous soignent de P. Sionneau et J. Chapellet et Internet)