VINAIGRE


                 
                  
Chronique de  Septembre 2018
 
Le Vinaigre - CU
 





En préambule, je précise que les éléments qui vont suivre sont des conseils généraux d’hygiène de vie destinés aux personnes en bonne santé qui souhaitent avoir une action d’entretien et de prévention. Ces conseils ne peuvent être suffisants pour toute personne souffrant de pathologies.
 
Un peu d’histoire, Le vinaigre que je vous propose de découvrir est celui qui provient du riz. La Chine ne consomme pas traditionnellement le vinaigre de raisin. Cependant, nous pouvons penser que les propriétés du vinaigre de céréales ou de raisin sont proches.
Le vinaigre de riz est un vinaigre obtenu par fermentation acétique d'un vin de riz. Il y a trois types de vinaigre de riz : blanc, noir et rouge. Il est utilisé depuis très longtemps dans des plats traditionnels japonais et asiatiques en général.
En effet, en 5000 avant JC, les Babyloniens utilisaient à des fins thérapeutiques le vinaigre de dattes. Mille ans plus tard, les Egyptiens fabriquaient un vinaigre de figues.

Dans l'Antiquité, certaines plantes médicinales étaient macérées dans ce liquide pour guérir des plaies. Les chinois fermentaient de l'eau-de-vie de riz pour en tirer des fluides vinaigrés.

Le vinaigre tient son origine d'une jarre de vin mal fermée. Lorsque le vin est exposé à l'air libre, il devient très vite acide et il tourne au "vin aigre".
 
En Médecine Chinoise
 
 
Sa saveur est douce, amère et acide. Sa nature est tiède. Les méridiens-organes destinataires sont Foie et Estomac. 
 
Son action principale est d’harmoniser l’estomac, de dissiper la stagnation d’aliments, d’activer le sang, d’éliminer la toxicité et de guider l’action des substances médicinales vers le foie et ses correspondances.
 
                          Et en Occident ?                  
 
 
 
Il est digestif, active la circulation du sang, aide le foie et la vésicule biliaire dans leur travail. Le vinaigre peut être utile en cas d’indigestion, préviendrait la formation de calculs au niveau des reins, de la vessie, des voies urinaires. Des études japonaises ont conclu qu'une absorption régulière de vinaigre (particulièrement celui de cidre) préviendrait des ulcères gastriques. (à confirmer et sous avis médical)

En effet, l'estomac secréterait un suc protecteur en contact de ce condiment, et ce dernier lutterait contre les bactéries à l'origine des troubles digestifs (comme la colite). Il a aussi pour réputation d’atténuer les effets néfastes d’un excès d’alcool.
 
Ses utilisations ?
 
Il est généralement utilisé comme assaisonnement et devrait, pour avoir une action thérapeutique, être consommé à hauteur de 10 à 40 ml par jour.  Le fait d’ajouter un peu de vinaigre durant la cuisson des viandes favorise leur digestion et stimule l’appétit. 
 
Attention, il doit être consommé avec modération et sa nature astringente et tiède du vinaigre contre-indique sa consommation en cas de rhume, grippe (due au vent en médecine chinoise), régurgitations acides, hyperacidité gastrique, tendinite, déchaussement dentaire, atonie musculaire… et est incompatible avec plusieurs substances médicinales.
 
Il est recommandé de ne pas cuisiner le vinaigre dans des ustensiles en fer.  Le vinaigre est riche en sulfites. Ce sont des composés chimiques et antioxydants qui proviennent du souffre. Ils sont allergisants.
 
A trop forte dose, ce condiment peut entraîner des problèmes de digestion dus à son acidité et peut agresser l'émail des dents. Après avoir consommé un plat vinaigré (ou bu de l'eau tièdre citronnée). il est donc conseillé de vous brosser les dents.
 
 
 
 
TERRE ET CIEL VOUS DONNE RENDEZ-VOUS
EN DECEMBRE !
 
 
 (sources : Livre : Ces aliments qui nous soignent de P. Sionneau et J. Chapellet et Internet)